Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HONCe site respecte les
principes de la charte HONcode
.
Vérifiez ici.

 

 



MEDICAMENTS A EVITER chez la femme qui allaite

Beaucoup de médicaments sont compatibles avec l'allaitement et permettent de prendre en charge efficacement une pathologie maternelle.
Les médicaments incompatibles avec l'allaitement, à éviter, sont rares, des alternatives efficaces seront alors envisagées.
Très peu de médicaments sont contre-indiqués en cours d'allaitement (les antimitotiques par exemple).
Dans de rares situations où le bénéfice maternel est important et en raison de l'absence d'alternatives, la possibilité d’allaiter en poursuivant le traitement maternel peut être remise en cause.

Chaque situation est étudiée et évaluée par un médecin.

Principaux médicaments à éviter pendant l'allaitement (liste et noms de spécialités non exhaustifs) :

Antiépileptiques
Pour des raisons variées selon les molécules, il est préférable d'éviter d'allaiter en cas de nécessité de traitement maternel : passage important dans le lait, concentrations plasmatiques élevées chez les enfants allaités pouvant, dans certains cas, atteindre des taux thérapeutiques adultes, risque de toxicité (hépatique, neurologique...) ou absence de données sur l'allaitement.
- Lamotrigine : Lamictal®, Lamogine®, Lamitor®, Amotridal®.
- Phénobarbital : Gardénal®, Calmenal®, Phenoxal®, Aparoxal®, Sevenal®, Nerval®, Neurolal®...
- Phénytoïne : Di-Hydan®, Epilan®.
-
Lévétiracétam : Keppra®.
- Carbamazépine :
Tégrétol®, Zeptol®, Carbazine®, Biomazine®, Novacarbin®, Taver®, Carbatol®...
- Oxcarbazépine :
Trileptal®.
- Gabapentine : Neurontin®, Gabatrex®.
- Prégabaline : Lyrica®.
- Topiramate : Epitomax®.
- Vigabatrin : Sabril®.
- Clonazépam : Rivotril®, Novatril®, Clona®.
- Clobazam : Urbanyl®.
- Diazépam : Valium®, Valzépam®, Novapam®, Valzépam®, Diazal®, Lizam®.

Benzodiazépines et apparentés
En cas de nécessité de prises répétées, il est souhaitable de ne pas allaiter.

Antihistaminiques
Il est préférable d'utiliser un antihistaminique non atropinique et peu sédatif (pour voir les médicaments compatibles avec l'allaitement, cliquer ici).
Quelques cas particuliers :
- Hydroxyzine : Atarax®, Hydroxyl®, Croxizine®, Calmizine®, Hydroxil®, Durrax®.
Son utilisation ponctuelle dans l'anxiété est possible mais son utilisation répétée est déconseillée.
- Dexchlorphéniramine : Polaramine®, Doramine®, Histagan®, Claramine®, Histone®.
Son utilisation est déconseillée pendant l'allaitement.

Anti-inflammatoires
- Aspirine
Son utilisation est  contre-indiquée en prise répétée à posologie antalgique ou anti-inflammatoire (≥ 500 mg/j), en raison d'un risque d'accumulation dans le lait (cliquer ici).

Antalgiques
- Codéine :
Il est préférable d'utiliser un autre antalgique (cliquer ici).
Si nécessaire, u
n traitement bref (2-3 jours) et à la dose la plus faible possible
est envisageable.
- Dextropropoxyphène : Di-Antalvic®, Xalgésic®, Biotalvic®, Sapalvic®, Pamafen®,
Di-Dolyc®,
Di-Pralgic®...

Il est préférable d'utiliser un autre antalgique (cliquer ici).
- Tramadol : Tramadol®, Tramgésic®, Tremadol®, Doltram®, Tramagen®, Supramadol®.
Utilisation possible dans les 2-4 jours qui suivent la naissance, au-delà, préférer un autre antalgique (cliquer ici).

Antitussifs
Il est préférable d'éviter de les utiliser en cours d'allaitement.
- Morphinomimétiques :
Dextrométorphane Nortussine®, Bronchocalm®, Dextop®.
Pholcodine Rhinathiol toux sèche®,
Biocalyptol à la pholcodine®, Trophires®.
Codéthyline : Pectoral®.
- Oxomémazine : Toplexil®, Oxoméral®, Oxogan®.

Théophylline
A éviter en raison du risque de toxicité chez le nourrisson allaité.

Antisécrétoires gastriques antihistaminiques H2
- Cimétidine :
Tagamet®. Il est préférable d'éviter de l'utiliser.
Il est préférable d'utiliser un autre antisécrétoire gastrique :
- Ranitidine : Azantac®, Gertocalm®, Ulran®, Ranidine®, Ranimax®, Ranitex®, Stomadine®, Histac®, Latidine®...

- Oméprazole
: Mopral®, Lomac®, Proton®, Zimor®, Prozol®, Gastropral®, Néogastric®, Antag®...

Antibiotiques
Les antibiotiques suivants sont à éviter si l'enfant est à risque de déficit en G6-PD :
- Nitrofurantoïne :
Furadantine®
- Cotrimoxazole :
Bactrim®, Trimidar®, Nortrim®, Bactekod®, Sulprim®, Coprim®, Bactekod®...

Mise à jour : Septembre 2010.


Pour plus d'informations, lecrat.org

 



CONTACT - LIENS UTILES -